Marées

Voir le détails des marées

  • Nouméa
  • Bourail
  • Paagoumène
  • Touho
  • Thio
  • Ouvéa
  • Lifou
  • Maré
  • Ile des Pins
    feed-image S'abonner au Flux RSS

    Nouvelle ère pour Cospas-Sarsat

    cnes
    Réunion sous présidence française du Conseil Cospas-Sarsat
    cospas sarsat
     Le système de recherche et de sauvetage par satellites entre dans une nouvelle ère
     
    Le Conseil de l’organisation internationale Cospas-Sarsat s’est tenu à l’UNESCO, à Paris, du 1er au 8 décembre. Sous la présidence de Bruno Chazal, du CNES, le Conseil a notamment décidé l’entrée en phase d’Early Operational Capability (EOC) du nouveau système MEOSAR, permettant ainsi la distribution opérationnelle de ses premières données de détresse. Cospas-Sarsat pourra désormais disposer à la fois d’une couverture mondiale et de la capacité à fournir une localisation précise des balises de détresse, en quasi temps réel. Le mardi 13 décembre à 13 heures UTC, l’EOC a été déclaré opérationnel et intègre désormais les données MEOSAR dans la distribution des alertes Cospas-Sarsat.
     
    2016 a été une période clé pour Cospas-Sarsat, avec la préparation d’une deuxième génération de balises de détresse, des évolutions des balises aéronautiques pour répondre aux nouveaux besoins exprimés par l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale et la transition des systèmes actuellement opérationnels (LEOSAR, basé sur des satellites en orbite basse et GEOSAR, sur des satellites en orbite géostationnaire) vers le système MEOSAR (Medium Earth Orbit Search and Rescue), qui utilise des satellites en orbite moyenne : Galileo pour l’Europe, GPS pour les États-Unis et Glonass pour la Russie. MEOSAR permettra de disposer d’une couverture mondiale et de fournir une localisation précise des balises de détresse activées, en quasi temps réel. Il sera ainsi un atout majeur pour mener à bien les opérations de recherche et de sauvetage dans des délais réduits et garantir ainsi les meilleures chances de survie des personnes en détresse.

    Lors d’une allocution donnée au Musée national de la Marine en l’honneur du Conseil de Cospas-Sarsat et en présence des Etats et organisations participants au programme, ainsi que de représentants de la Commission européenne, du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international, de la Direction Générale de l’Aviation Civile et de la Direction des Affaires Maritimes, Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, a déclaré : « Nous vivons aujourd’hui un moment historique puisque le Conseil a décidé l’entrée du système MEOSAR en phase d’EOC (Early Operational Capability), ce qui se traduit par la distribution de ses premières données opérationnelles. J’en suis d’autant plus ravi que la France assure cette année la Présidence du Conseil, avec la volonté d’impulser une dynamique particulière dans un souci permanent d’efficacité et un esprit de large coopération. La France et le CNES sont mobilisés sur cette thématique de la recherche et du sauvetage par satellite et je me félicite du travail effectué avec nos partenaires, parties prenantes du programme. Nul doute que nos efforts conjoints permettront de perpétuer notre action au service des citoyens de la planète. »

    Mis en place il y a 37 ans, avant sa formalisation en 1988, pendant la guerre froide, par un Accord intergouvernemental entre la France, le Canada, les États-Unis et l’ex-URSS, le programme Cospas-Sarsat est un système de détection, de localisation et de transmission par satellites d’alertes de détresse pour la recherche et le sauvetage (Search and Rescue, SAR). Cospas-Sarsat fournit à la communauté internationale des données de localisation précises et fiables, pour assister les opérations de recherche et de sauvetage, en utilisant des instruments spatiaux et des installations au sol pour détecter et localiser les signaux des balises de détresse. Cospas-Sarsat a contribué au sauvetage de 40.000 vies humaines dans le monde entier depuis sa création, au cours de 11.000 événements de recherche et sauvetage.

    Vidéo de présentation de Cospas-Sarsat en cliquant ici

    source : cnes.presse.fr le 14 décembre 2016

     

    Entraînement au treuillage Dragon 988 / SNS 270

    dscgr

    snsmDepuis quelques semaines la DSCGR (Direction de la sécurité civile et de la gestion des risques) s'est doté d'un hélicoptère de type EUROCOPTER EC135. L'EC135 est un biturbine léger pouvant remplir un nombre de missions très variées. En effet il est intensivement utilisé à travers le monde en tant qu'hélicoptère de secours, mais aussi pour des missions de police, offshore, travail aérien, VIP.

    De couleur bleu et blanc, il comporte un treuil sur son côté gauche permettant de venir récupérer des victimes aussi bien en montagne qu'en mer. Son identifiant radio est "DRAGON 988".

    Afin de pouvoir effectuer des missions de sauvetage maritime, les pilotes et les mécaniciens de bord de l'EC135, les personnels de la sécurité civile, les équipes médicale du SMUR et les sauveteurs en mer se sont entrainer afin de mécaniser les procédures.

    En cliquant sur l'image ci-dessous vous pourrez voir une vidéo du treuillage d'un plongeur SNSM sur la vedette de 1ère classe SNS 270 "Croix du Sud".

    20161220 1b

     

    Signature arrangement SAR France/Nouvelle-Zélande

    20161122 002 20161122 001Le 21 novembre 2016, le Haut-Commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie et le Directeur de Maritime NZ ont signé le nouvel arrangement pour la coopération entre les services de recherches et de sauvetage français en Nouvelle-Calédonie et les services de recherche et de sauvetage néo-zélandais. Cette nouvelle version de l'arrangement annule et remplace le précédent arrangement qui datait du 7 août 2002.
     
    La principale évolution concerne la modification des limites de la SRR (Search & Rescue Region) de la Nouvelle-Zélande, augmentant la zone de recouvrement entre les deux SRR (cf carte ci-dessous).
    Ce nouvel arrangement montre l'excellente collaboration quasi-quotidienne entre les deux centres de coordination : le MRCC Nouméa et le JRCC Wellington. Cette collaboration se concrétise lors de coordination d'opération dans la zone de recouvrement mais aussi lors d'opération impliquant le navire d'un des pays dans la SRR de l'autre ou enfin lors de prêt de moyens de sauvetage au pays voisin (exemple : mission de recherche du Gardian au Tonga).

    20161122 003

    Vous pouvez télécharger l'arrangement SAR en version française ou en version anglaise.
    Vous trouverez plus d'information sur le JRCC NZ en cliquant ici.

    Application smartphone "Marées NC"

    20161118 003La nouvelle version de l'application smartphone "Marées NC" a été developpé par CocoGeek en collaboration avec le MRCC.

    Cette application permettait déjà aux plaisanciers de :

              - connaitre les horaires et hauteurs des marées en Nouvelle-Calédonie
              - connaitre la météo marine
              - consulter une carte localisant les zones de réserve du lagon calédonien

    La grande nouveauté de cette version est la possibilité d'envoyer un message de détresse à un proche ou au MRCC Nouméa.

    Avant de pouvoir utiliser cette fonctionnalité, vous devez d'abord renseigner les informations vous concernant et concernant votre flotteur (dans la rubrique Vos infos)

    20161118 001Principe de fonctionnement du message de détresse :

    Vous êtes en portée 3G ou 4G et vous avez un abonnement data :

    En cliquant sur le bouton rouge ‘En danger’, un message est envoyé au MRCC Nouméa. Ce message contient l'ensemble des informations renseignées dans l'application ainsi que la position du téléphone.
    Ces éléments nous permettront de reprendre contact avec le requérant afin de réceptionner les éléments complémentaire de l'alerte.
    Vous pouvez également appeler le MRCC (téléphone gratuit 16) puis déclencher ensuite l'alerte sur l'application. Cette action permettra au MRCC d'avoir votre position exacte.

    Vous n'êtes pas en porté 3G ou 4G, vous n'avez pas d'abonnement data mais vous êtes en portée GSM :

    En cliquant sur le bouton rouge, un SMS est envoyé au proche qui aura été préalablement enregistré dans Vos infos.  Il pourra alors contacter le MRCC (téléphone 16) afin de fournir les données intégrées dans le message.
    Nota : Le MRCC ne fait pas de veille de réception de SMS. Il est important que le proche renseigné connaisse le fonctionnement de l'application.

     L'application est téléchargeable pour les appareils Apple ou Android.

    20161118 002 Cette application est un système complémentaire permettant de transmettre un alerte. Il ne remplace pas les systèmes et équipements obligatoires et adaptés au milieu maritime. La VHF 16 et la balise de détresse Cospas-Sarsat restent les seuls moyens officiels de transmission d'alerte.
    La responsabilité du MRCC ne pourrait être engagée en cas de non fonctionnement de l'application ou de non réception du message.

    Le fait de passer une fausse alerte, c'est-à-dire de prévenir volontairement les secours en leur donnant une fausse information faisant croire à un sinistre, une destruction, une dégradation ou une détérioration dangereuse pour les personnes est un délit.
    En France, ce délit est puni, selon l'article 322-14 du Code pénal, par une peine pouvant aller jusqu'à deux ans de prison et 30 000 € d'amende.

    Partenaires

    • ccmm
      CCMM
    • cospas sarsat
      Cospas-Sarsat
    • cross meem
      CROSS
    • DAMNC
      DAM NC
    • logo dscgr
      DSCGR NC
    • ensam
      ENSAM
    • logofanc
      FANC
    • gouv nc
      GOUV NC
    • haussaire nc
      Haut-Commissariat NC
    • SNSM
      SNSM
    • Marine Nationale
      Marine Nationale
    • meteo france logo
      Météo NC
    • opt 1
      OPT NC
    • pharbal
      Phares et Balises NC
    • pilotage
      Pilotage Maritime NC
    • province nord
      Province Nord
    • province sud
      Province Sud
    • provinceILES
      Province des Iles
    • shom
      SHOM

    Nous avons 15 invités et aucun membre en ligne

    Compteur d'affichages des articles
    156314